Marseille

 Difficile d’éviter les clichés qui collent à la peau de Marseille :

le pastis, la pétanque, le savon et la petite sieste. 

 

Laissons aux vestiaires les préjugés qui donnent à Marseille une image péjorative.

 

Mais, bien au-delà de ces idées reçues que nous vous invitons à dépasser, cette ville rayonne. 

Baignée par une Méditerranée somptueuse parsemée  d’îles et d’îlots, sous les bons auspices tutélaires de la Bonne Mère qui règne au sommet de sa magnifique colline.

 

Aujourd’hui Marseille bouge, et le tramway ou la métamorphose du front de mer ont transformé

la façon de voir la ville. 

 

Pour s’en convaincre, il suffit de déambuler dans le Panier,

cœur historique de Marseille,

situé à deux pas du Vieux Port, derrière le superbe "Hôtel Dieu" maintenant transformé en hôtel 5 étoiles  .

Le panier est souvent comparé à Montmartre :

les touristes, le folklore de la Place du Tertre et le Sacré Cœur en moins mais, des ruelles, des escaliers, des petites places pittoresques qui montent, qui descendent et dévoilent de jolies surprises. 

L’architecture avec des bâtiments comme l’Eglise des Accoules, artistique avec un nombre croissant de petites galeries d’art et de nouveaux magasins-concepts.  Savoureuses avec quelques bonnes adresses où boire un verre ou manger.  «Quant aux fans de Plus Belle La Vie", ils feront un voyage au cœur de leur série préférée car le quartier fictif du Mistral est totalement inspiré du Panier !

De visiter les musées, de faire une balade sur la corniche en marquant une halte à l’improbable port du vallon des Auffes ou, d’assister depuis les jardins du Pharo au coucher du soleil sur le vieux port. 

 

Et même d’oser pousser jusqu’aux îles du Frioul, au château d’If, ou de visiter  les calanques de Cassis  ou de Marseille « selon que vous soyez marseillais ou cassiden, sachant quand même que les calanques sont majoritairement situées sur la commune  de Marseille», par la mer.

 

Sans oublier un mot sur ce fameux Savon …

Connaissez-vous l’histoire du savon de Marseille ?

Elle traverse les siècles ! 

A la suite des croisades, le savon originaire d’Alep en Syrie à base d’huile d’olive et de laurier se répand à travers le bassin Méditerranéen.

Le premier savonnier dans la région est recensé en 1370.

Au XVII siècle, Marseille devient même la seule ville de France à pouvoir fabriquer du savon, un monopole accordé par le roi Soleil. 

Aujourd’hui encore, la plupart des familles françaises « du moins je le pense, » gardent dans leur salle de bain ce bloc beige ou vert, apprécié pour son naturel, sa simplicité et ses vertus non allergisantes.

Pour reconnaître le vrai, l’authentique, assurez-vous qu’il porte la mention 72% d’huile.

 

Cette ville mutante fascine, intrigue. 

Elle a conquis un nouveau public « nous, y compris », qui applaudit sa métamorphose, faisant semblant d’oublier, pour un moment, les zones d’ombre entrevues çà et là au travers de notre court séjour dans la cité Phocéenne.

Aout 2018